Transformation et extension d’un bâtiment administratif

En 2014, ATENOR GROUP LUXEMBOURG a acquis le bâtiment « Cloche d’Or » ancien siège d’ING Luxembourg pour envisager une rénovation lourde et une extension importante. L’immeuble, construit en 1992 sur un terrain de 6.772 m², comptait 6.500 m² de bureaux sur trois niveaux et quatre niveaux en sous-sol (parkings, techniques et archives). L’autorisation de bâtir a été obtenue en juin 2014 et les travaux ont été entamés par l’entreprise CDCL en août de la même année.

L’ancien bâtiment d’ING, qui a été entièrement construit en béton armé, est subdivisé en plusieurs zones, désolidarisées entre elles par des joints de dilatation. Des sondages, qui ont été réalisées sur place avant les travaux, ont mis en évidence des planchers « post-contraints » au niveau des étages R+1, R+2 et R+3. Les torons « poste-contraints » ont été posés sur l’ensemble de la surface dans les deux sens. 

En conséquence une démolition partielle des étages n’était pas envisageable à cause de la coupure et de la détente de la précontrainte des câbles dans les zones restantes. Il a été donc décidé de démolir pratiquement l’ensemble des étages concernés. Le volume souterrain a été conservé et le parking et la salle informatique d’ING hautement sensible au milieu du bâtiment ont été maintenus pour la banque ING pendant toute la phase de démolition et de gros-œuvre. Le projet prévoyait la transformation des étages restants et de rajouter quatre étages sur l’ensemble de la surface y compris dans la zone du parvis avant où il n’existait pas d’étages. La structure dans les sous-sols a été renforcée en conséquence.

La nouvelle structure du bâtiment est calculée en appliquant les prescriptions relatives au « Non Progressive Collapse ». L’application de ces prescriptions consiste à prévoir entre les poutres, les colonnes, les voiles et les dalles des liaisons d’armatures pour empêcher que des désordres locaux à la structure n’entraînent le phénomène de succession de rupture et donc une destruction en chaîne qui provoque la destruction complète du bâtiment. 

Elle permet donc de limiter l’étendue des désordres à des endroits localisés du bâtiment. Le contreventement général du bâtiment est assuré par des voiles en béton armé, constituant la structure des noyaux techniques (ascenseurs / escaliers). Une nouvelle façade a été mise en place, les surfaces administratives ont de nouveaux parachèvements et de nouvelles techniques. Aux surfaces de bureaux existants ont été ajoutés 3.000 m2 d’espace supplémentaire, tout en réalisant un assainissement énergétique des parties existantes et en créant un ensemble architectural cohérent.

Toutes les toitures ont été refaites et agrémentées de toitures vertes pour améliorer les écoulements sur les surfaces scellées. Toutes les techniques des surfaces ont été reconstruites à neuf de façon à recevoir les meilleurs rendements énergétiques possible. La qualité de l’air des bureaux en est sensiblement améliorée. Un travail particulier a été réalisé sur l’éclairage naturel des zones de travail et les éclairages artificiels sur détecteurs de luminosité et de présence assurent un confort de travail moderne aux utilisateurs. Au niveau acoustique, les grands halls d’entrée ont été dimensionnés avec des panneaux acoustiques et les surfaces de travail disposent de faux-plafonds métalliques acoustiques pour garantir un environnement approprié.

Après rénovation lourde et extension, cet immeuble bénéficie des dernières avancées technologiques et d’une certification environnementale BREEAM.